Étiquette : Shopify

Là, j’en ai marre : GROS coup de gueule !

Arf, là j’ai vraiment plus de mots…

Je vous explique :

Je scrollais bêtement mon mur Facebook pour mater les news (c’est inutile je sais, mais bon, on le fait tous à un moment de la journée, non ?!)

Je tombe sur un truc qui attire mon attention.

Une vidéo se déclenche (pas trop mal faite au passage).

Le machin en question, c’était un support pour laptop pour travailler dans toutes les positions : assis, couché, sur le ventre, en poirier, sur la tête…

Le genre d’accessoire que je pourrais éventuellement acheter sur un coup de tête (éventuellement).

En bon marketeur qui aime bien apprendre des autres, je clique sur le lien.

Et là, c’est le drame !

Pourtant la fiche produit démarrait bien : un coup d’oeil au prix et déjà une remise de 50%, cool !

Ensuite un coup d’oeil sur la description : CONS-TER-NA-TION !

Le couple magique, le binôme de rêve, la paire enchantée.

J’ai nommé le stock encore disponible et le chrono… Un p@#$%* de chrono !!

Je sais pas qui est le génie qui s’est dit un jour : « Et si on mettait un chrono sur toutes les fiches produits de ma boutique ?! Comme ça on fera sûrement plus de ventes, gnark gnark gnark… »

NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!!!!!!!!

À ton avis gros malin, à quoi pense un client qui arrive sur une page produit et à qui on annonce qui lui reste moins de 45 minutes pour acheter ????

D’abord, t’as aucune raison valide pour limiter en temps ton offre. On met une deadline SEULEMENT quand c’est justifié (je sais pas moi : une offre de Noël, la naissance de votre petit, le lancement exceptionnel d’un nouveau produit, etc)

Et puis, quand le chrono arrive à zéro, il est censé se passer quoi au juste ? La page explose ??

Pourquoi s’acharner à garder un truc aussi agressif qu’un chrono ? Vous vous êtes pas dit à un moment donné qu’au lieu de forcer la vente comme ça, une meilleure idée serait, par exemple, de répondre aux objections courantes que le mec se pose quand il veut acheter ce type de produit ???!!!! 

Le guider au lieu de le braquer avec un flingue, ça vous dit quelque chose ??

Hello ????? Marketing pour les nuls ici…

Et les stocks disponibles…

Un coup d’oeil aux délais de livraison : 2-3 semaines.

Donc visiblement, tu l’as pas vraiment en stock le truc avec des délais aussi longs…

Alors POURQUOI me dire qu’il reste que 7 produits en stock quand visiblement tu n’as PAS de stock, et que visiblement tu te fournis ailleurs, et que j’ai VRAIMENT du mal à croire que ton ou tes fournisseur(s) n’ont vraiment plus QUE 7 pièces encore disponibles ???!!!! Vous prenez vraiment vos clients pour des imbéciles ou quoi ?

Marketing pour les super nuls…

Ça me rend juste dingue : pourquoi ne pas simplement se mettre dans la peau d’un visiteur qui arrive sur leur site, et se demander simplement quel genre d’information UTILE et PRATIQUE ce visiteur voudrait y trouver pour se décider…

Un peu vénère aujourd’hui… Mais quand je vois ces pratiques parfaitement inutiles, et même carrément repoussantes, j’ai juste du mal à comprendre…

Ok, je respire, et je me calme un peu.

Si vous voulez utiliser des méthodes simples, utiles et qui vendent vraiment, sans braquer vos visiteurs à la moindre occasion, on se retrouve ici :

http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

Cédric BEAU

P.S. Pas une fois je n’ai utilisé de chrono sur mes boutiques ecommerce, ce qui m’empêche pas de faire des ventes, bien au contraire… J’te jure…

Faut pas prendre les gogols pour des gogols

Ou, en d’autres termes, « faut pas prendre les cons pour des cons ».

Mon prof de marketing avait tendance à préférer le terme « gogol ». Mais peu importe, le message passait clairement.

J’ai eu la chance de faire quelques années d’université dans le domaine du « commerce et vente », dans un établissement semi-privé.

L’avantage, c’est que au lieu d’avoir des profs qui sont purement théoriques, et qui -comme certains formateurs, hihi-, n’avaient jamais gagné un rond dans le biz biz, je pouvais côtoyer la direction de « petites » entreprises francophones telles que Carrefour, Auchan, Picwic, Kiabi, etc. …

C’est ce qui explique d’ailleurs dans mon CV mes petits jobs à Carrefour, Auchan, Picwic, et le fait que ma femme était dans l’équipe de création du premier magasin Kiabi en Chine, à Nankin.

J’ai toujours aimé être dans le concret.

J’ai toujours aimé voir quels étaient les principes théoriques VRAIMENT utiles dans la vie de tous les jours quand on est dans le business.

Pour en revenir au prof de marketing, lui aussi avait bien compris le truc :

  • – Votre audience, et même les « humains » en règle générale, sont très prévisibles. Ils aspirent tous aux mêmes besoins, et ont quasiment tous les même désirs.

    Mon prof était conscient de tout ce que le bon vieux Robert Cialdini explique dans son superbe livre « Influence » : on répond quasiment tous de la même manière à des stimuli particuliers.

    Il avait compris que VENDRE, c’était pas si complexe. C’est même très simple.

    – Mais en contraste de cela, il avait aussi compris quelque chose que peu comprennent de nos jours :

    Parfois, même vos propres clients sont conscient des techniques de ventes que vous utilisez. Ils sont conscient qu’ils sont facilement influençables, et que la pub c’est un truc super puissant.

    Ils ne sont pas « cons », et savent pertinemment que quand vous mettez « stock limités » parce que « aujourd’hui c’est l’anniversaire Auchan », le but de votre manoeuvre est de trouver une raison bidon pour vous faire acheter, et pour vous faire acheter maintenant.

    Ça ne marche qu’à moitié.

    Pour que ça marche vraiment, il manque quelque chose.

    Il manque : du respect.

    Le respect, on le retrouve chez Auchan ou chez Carrefour avec un service client impeccable. Avec des rayons super bien tenus, avec un magasin propre, toujours très bien climatisé et éclairé. Avec des caissières qui sourient, avec des produits qui passent des contrôle qualité hyper rigoureux. Et avec des vendeurs qui n’ont pas le droit à l’erreur.

    C’est ce dernier ingrédient qui est souvent oublié.

    Hier encore, Sébastien, un abonné, m’envoyait ce message que je me dois absolument de vous partager pour insister sur le truc :

    « 1000% d’accord !

    Quand je vois des sites bourrés de fautes d’orthographes et des mails même pas (ou mal) traduits, je trouve ça honteux.

    Ça donne vraiment l’impression que l’on se fout de la gueule du client et….. le client s’en rend compte !

    Avoir une boutique « propre », c’est le minimum de respect que l’on porte au client et la base, c’est le respect du client. »

Ne pas orienter votre business sur la qualité, et sur le long terme, c’est prendre les gogols pour des gogols.

Ne pas travailler sur un « produit-solution », mais plutôt sur des « coups », c’est prendre les gogols pour des gogols.

Ne prenez pas les gogols pour des gogols.

Faites les choses dans les règles de l’art :

https://goo.gl/BEywAw

Cédric BEAU

GROS coup de gueule contre ce genre de boutique !

Le ton est volontairement « rentre-dedans », le but est de vous secouer par Toutatis !

Je suis vraiment choqué de voir avec quelle légèreté la plupart d’entre-vous mettent en place leurs boutiques.

Putain les gars, et les filles, le but est de monter un business rentable, sur le long terme pas juste un coup d’un soir !

J’ai la désagréable impression que vous n’avez rien pigé au truc, sérieusement !

Non, monter une boutique à l’arrache avec un design moisi, des produits vus 13673 fois, des descriptions genre « liste de caractéristiques » et pas de mentions légales, ÇA NE MARCHE PAS !!!

Si votre boutique ne donne pas un minimum confiance, vous aurez beau faire venir le meilleur trafic ciblé du monde, vous ne vendrez pas !!!

Arrêtez de rêver un peu : vos pubs fb ne compenseront jamais une boutique médiocre.

Je sais vraiment pas d’où vient cette croyance que le manque de ventes vient d’un manque d’optimisation de vos pubs fb…

Quand je vois les boutiques proposées sur ce groupe, 9 fois sur 10, le souci vient d’un shop bâclé et largement incomplet.

Quand je vois les questions posées ici-même, du genre « 400 visites sur mon site, aucune vente, est-ce que je dois continuer ma pub ? », demandez-vous d’abord si votre boutique donne vraiment envie d’acheter.

Voilà une formule simple :

Boutique médiocre + trafic mal/bof/très bien ciblé = pas de ventes/pas de ventes/très peu de ventes.

Boutique crédible + trafic mal/bof/très bien ciblé = ventes/pas mal de ventes/beaucoup de ventes.

Je vois également des débats sur l’inutilité de formations payantes et qu’on peut tout avoir en gratuit. Je suis plutôt d’accord.

Maintenant quand je vois le genre de boutiques créées avec ce contenu gratuit, je me pose des questions.

Puis je me dis « Oui, on peut parfaitement réussir en s’aidant de contenus gratuits, certains s’en sortent d’ailleurs très bien, et je suis super content pour eux.

Mais la grosse majorité vivent encore dans le monde des bisounours :

Ils se contentent de monter un truc en ligne à l’arrache et ensuite misent tout sur la pub fb dans l’espoir de compenser les lacunes de leurs boutiques et de vite engranger de l’argent sans trop d’efforts ! »

Encore une fois, on parle de business ici, pas de formules magiques pour devenir riche sans rien trop glander.

Donc, contenu gratuit ou formation payante, vous allez me faire le plaisir de RECTIFIER LE TIR et de pondre des boutiques qui donnent vraiment envie d’acheter.

Et pour ça, il va falloir vous retrousser les manches les amis et ne pas trop compter les heures à vous former et vous inspirer de ceux qui ont réussi.

Et surtout vous allez me faire le plaisir d’arrêter de traiter ce type de business par-dessus la jambe, sauf si vous voulez vous ruiner en pub fb et passer à la prochaine tendance « gagner de l’argent sans aucun effort »…

Et si vous avez besoin d’aide :

Pour le contenu gratuit, voir les vidéos créées sur Youtube :
http://youtube.com/AcheterEnChine

Pour le contenu payant, voir la Méthode Quickstart pour démarrer une boutique en insistant sur le côté crédible et vendeur du truc :
https://goo.gl/BEywAw

Au boulot maintenant !!!

À votre succès !

Cédric BEAU

Storytelling : Connaissez-vous ces 4 histoires ?

Connaissez-vous la légende du célèbre alcool de riz nommé MaoTai, cet alcool blanc chinois qui titre généralement 53 degrés?

Cet alcool où la première gorgée vous détruit l’oesophage, mais où la seconde vous envahi d’un bouquet d’arômes tous les plus suprenants les uns que les autres ?

Pour autant que vous ayez eu le courage de boire cette seconde gorgée…

Il y a en fait plusieurs légendes et anecdotes :

– Il y a l’Histoire, qui attesterait des premieres liqueurs de la région (MaoTai étant le nom d’une petite ville chinoise) depuis 135 avant J.-C.

Les historiens vous expliquent que ces liqueurs étaient originellement des cadeaux d’exception. Ils étaient réservés aux empereurs et aux leaders d’un des pays les plus influents d’Asie.

De quoi vous donner envie vous même de partager cet honneur exceptionnel de pouvoir y goûter…

– Il y a la légende de l’exposition (je ne sais plus si c’était lors de l’Exposition Universelle de San Francisco de 1915 ou si c’était lors d’une Exposition internationale d’alcools à Paris). Cette légende raconte qu’une bouteille brisée sur le stand du producteur avait tellement embaumé tous les environs de son doux parfum, et attiré tellement de curieux, que c’est cela qui leur aurait permis d’obtenir une médaille d’or.

Cette légende vous donnerait presque envie ne serait-ce que de juste « sniffer » un coup cet alcool. Est-il vraiment si unique en son genre?

– Il y a aussi les anecdotes populaires. Par exemple le fameu toast du président américain Richard Nixon avec le premier ministre chinois de l’époque, Zhou Enlai.

Le genre d’annecdotes qui vous donne l’impression qu’en partageant un bon Maotai avec un autre bon vivant, vous faites vous aussi partie des décideurs de ce monde.

– Et tous les autres récits d’expériences croustillantes que les importateurs occidentaux peuvent vivre lorsqu’ils concluent des gros contrats avec des business-men chinois.

Ce genre d’expériences qui vous donne juste envie d’essayer ça avec quelques potes. Juste pour voir si c’est vrai que les effets ne se font sentir que progressivement. Pour voir si l’un d’entre vous s’écroulera sur le trottoir 30 minutes après avoir arrêté de boire, alors qu’il s’apprêtera à monter dans son taxi.

Simples légendes ou réalité?

Faits exagérés sous l’effet de l’alcool? Ou stratégie purement marketing ?

Peu importe. L’important est simplement que vous ayez lu ces histoires.

L’important est que dans votre tête, quelques images aient commencé à apparaître. Quelques émotions, quelques sensations…

Comme cette impression d’être là vous aussi, en train de regarder Nixon et le chinois Zhou se tenant debout face à vous. De les voir portant leurs verres l’un vers l’autre, trinquant, puis rapprochant lentement leurs verres de leurs lèvres, pour finalement déglutir cet étrange alcool translucide en souriant.

Parce que ce sont ces histoires qui ont contribué en grande partie au succès de la marque. Et elles nous montrent l’importance d’un concept bien souvent oublié dans le business…

C’est un concept qui est pourtant parmi les plus simple à mettre en place, et probablement même l’un des plus puissant lorsque vous voulez vendre quoi que ce soit :

Le storytelling.

Pour Maotai, le storytelling a par exemple contribué à générer plus de TROIS MILLIARDS d’€UROS de chiffre d’affaire rien que sur les six premiers moix de 2017.

Un concept simple de copywriting, indémodable. Certes moins sexy que la dernière « application Shopify » qu’on vous propose actuellement en post sponsorisé sur votre fil d’actualité facebook et qu’on vous vend comme étant l’astuce qui changera tout votre business du jour au lendemain (genre…).

Non, ici on est sur un truc fiable, stable, et qui marchera encore dans un siècle. Un truc tout con, tout bête. Même si il faut le faire avec méthode pour que ce soit efficace, c’est vraiment pas difficile.

En fait, c’est quelque chose que tout le monde fait déjà plus ou moins, de manière naturelle. Et ce probablement plus de dix fois par jour, lors de nos échanges avec nos proches.

C’est de ce genre de trucs dont j’aime bien parler dans mes formations. Comme les concepts de la formation Shopify Quickstart, que vous pourrez découvrir en cliquant ici :

https://goo.gl/BEywAw

P.S. : A mes yeux, le meilleur storyteller actuellement en vie est Malcolm Gladwell. C’est un gars qui ne paye pas de mine avec ses cheveux qui partent dans tous les sens, mais dont les écrits vous toucheront jusqu’au plus profond de votre âme.

P.P.S. : A lire ce texte, et à cause de mes petites histoires, il est possible que vous ayez du coup envie de vous essayer au MaoTai (c’est la preuve de la puissance du truc), et mon texte pourrait du coup être considéré comme étant une publicité pour une boisson alcoolisée.

Alors, pour que les choses soient bien claires : « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération » ^^

À votre succès !

(hips)

Victimes des trucs qui brillent

Aussi bizarre que ça puisse paraître, dans la formation Shopify QUICKSTART, quasiment seul le premier gros module est axé sur Shopify et la partie technique de l’outil.

Le module sur la partie publicité Facebook, par exemple, peut être utilisé de manière totalement autonome peu importe l’outil que vous utilisez : j’utilise les mêmes stratégies pour mes business avec Clickfunnels.

Le module sur le Copywriting peut être utilisé partout : dans vos publicités facebook, sur votre boutique (peu importe que ce soit une boutique Shopify ou un site Wix tout pourri), jusque dans la rédaction de vos emails.

Le module sur les Appliations indispensables à ajouter à votre boutique Shopify peut aussi être consommé avec du recul : Il vous suffit de regarder le but de chacune des applications, et d’intégrer cela à votre boutique, même si elle n’est pas sur Shopify.

Etc, etc…

Pourquoi est-ce que j’ai fonctionné comme ça lors de la conception de la formation?

Parce que je n’aime pas surfer sur les modes.

Je ne suis pas le genre de personne qui hier vous proposait des astuces pour devenir riche en vendant des livres Kindle sur Amazon.

Non, le drop, l’import et la Chine, c’est toute ma vie, et j’évolue avec ces thématiques. En 2009 je faisais déjà du drop (surtout pour valider des idées de produits à importer ensuite en quantités), et je suis certain qu’en 2029 j’en ferai encore (peut être encore d’une autre manière).

Je suis bien conscient que le « dropshipping avec Shopify », ça ne sera peut être pas la meilleure solution dans deux ans, ou dans cinq ans.

Si le drop avec Shopify risque de se démoder, le dropshipping en lui même ne se démodera pas.

Le dropshipping existe depuis bien longtemps : le télé-achat que regardaient nos grand mères fonctionnait d’ailleurs sur un modèle de dropshipping… C’est pour dire ^^

Le dropshipping n’est pas un effet de mode.

C’est un business-model qui est devenu plus accessible grâce à des OUTILS (et ce ne sont juste que ça, des outils) que sont Shopify, AliExpress et autres Oberlo.

Ce qui risque d’être un effet de mode, et l’opportunité que beaucoup risquent de rater, c’est la chance de pouvoir lancer un business de dropshipping depuis leur cuisine, et de pouvoir gérer leur business en buvant leur café tranquillement assis dans le confort de leur maison.

Le dropshipping avec Shopify est quelque chose qu’il ne faut pas rater. C’est certain.

Mais quand l’effet de mode sera passé, et que tous les autres formateurs vous proposeront le prochain truc qui brille, ce qui sera bien à ce moment là c’est que ceux qui auront acquis la stratégie et une audience grâce à des conseils intemporels… survivront.

Ils s’adapteront, et continueront à dropshipper (si ça se dit) en passant tranquillement sur les nouveaux outils.

Et pour ma part, de mon côté, je n’aurai que le premier module de la formation à mettre à jour.

Parce que oui, la formation Shopify Quickstart est aussi évolutive que moi :

Je met à jour les contenus au fil des semaines, en fonction de l’évolution des outils mais aussi en fonction des besoins des abonnés (qu’ils expriment sur le groupe secret réservé aux membres).

Si vous avez envie de monter un truc durable, et que vous n’êtes pas le genre de personne qui abandonera tout dès qu’un autre « truc qui brille » sera à la mode, vous pouvez nous rejoindre ici :

https://goo.gl/BEywAw

À votre succès !

Le Dropshipping Avec Shopify : Une Tendance?

Si le Dropshipping avec Shopify vous intéresse, voici un petit exercice :

Si vous alliez maintenant sur Google Trends et tapiez « Dropshipping Shopify ». Que remarqueriez-vous?

Que depuis mi 2016, la courbe est en ascension fulgurante. La légère croissance de l’intérêt pour le sujet est devenu une tendance.

Ça veut dire deux choses :

Premièrement : HIER est le meilleur moment pour se lancer dans le drop. Et AUJOURD’HUI est le deuxième meilleur moment pour prendre le train en marche

Mais dans un second temps, puisqu’on est sur un effet de mode, il est possible qu’à un moment où à un autre la tendance stagne, ou retombe.

Et quand la tendance retombera, ou que les outils évolueront, seuls deux types d’entrepreneurs survivront :

Les premiers, ce sera les leaders. Comme les grands de la Vente Par Correspondance il y a quelques années, les leaders meurent plus lentement… Mais ils peuvent mourir quand même si ils ne font pas parti des seconds :

Les seconds sont ceux qui sauront s’adapter. Ceux qui sauront garder leur audience et l’emmener sur la prochaine plateforme. Ceux qui sauront utiliser des concepts intemporels et les recopier sur les nouveau canaux de communication.

C’est d’ailleurs ce qu’il y a de plus simple à mettre en place.

Leur stratégie de dropshipping avec Shopify n’aura peut être duré que deux ou trois ans (ou cinq ou dix, je suis pas devin on verra bien), mais ils auront su créer une marque et fédérer une audience, une communauté.

Que retirer de ces faits, et des échecs passés des entrepreneurs dans d’autres domaines?

Deux choses :

– 1 : lancez-vous. Arrêtez de compiler des infos et de réfléchir pendant des mois, il est temps de passer à l’action. Demain, il sera trop tard

– 2 : ne le faites pas n’importe comment. Si vous comptez vendre de la contrefaçon ou faire une boutique dont personne ne se souviendra, peut être que vous arriverez à encaisser beaucoup d’argent dans les 24 prochains mois, mais ensuite il faudra tout recommencer

Et entre nous, tout recommencer, c’est fatiguant.

Prenez le train en marche, rejoignez Shopify QUICKSTART :

https://goo.gl/BEywAw

À votre succès !

SHOPIFY – Clients livrés en 48h et aucune douane ??

Les deux trucs les PLUS EFFRAYANTS pour les entrepreneurs souhaitant monter un business de dropshipping avec Shopify :

– Les délais de livraison depuis la Chine…

– Les droits de douane / TVA et autres « surprises » pour leurs clients…

Et si je vous disais qu’on peut monter des business sans avoir à s’en soucier?

Et qu’au pire, si on le veut, on peut aussi grâce à AliExpress faire livrer GRATUITEMENT en 48H, EN FRANCE, et en étant sûr à 100% DE NE PAS AVOIR DE TAXES supplémentaires ?

J’ai filmé mon écran et je vous explique comment faire dans cette nouvelle vidéo Youtube :
>> http://bit.ly/2ogeUCZ

À votre succès !

Beaucoup de visiteurs mais peu ou pas de ventes?

Si votre ratio « purchased » (que vous pouvez voir dans le dashboard, comme sur l’image ci-dessus) est en dessous des 1%, c’est qu’il y a un souci.

Ça peut venir (et c’est le cas dans la majorité des cas) de :

– Design complètement laid (à ne pas confondre avec « simple », un design simple c’est génial, un design laid -lui- n’inspire pas confiance).

Demandez simplement à vos proches : est ce que c’est moche ?

Achèteraient-ils sur votre site si ils ne savaient pas qu’il est de vous ?

– Problèmes de confiance/réaussurance classique : trop de fautes d’orthographe et vos visiteurs penseront que votre site a été fait soit par un gamin de 13 ans, soit traduit avec Google Translate par un hacker russe (ou un arnaqueur chinois).

Révisez vos participes passés ou bien demandez à votre soeur/pote prof de français de vous relire ^^

– Problèmes de « au cas où ». Rassurez vos clients « au cas où » ils auraient un problème avec leur commande : offrez vous une garantie de satisfaction, avez-vous bien rendue accessible votre politique de retours, votre formulaire de contact est il super visible?

Si le client est dans le doute, il suivra l’adage et s’abstiendra.

– Problème d’audience. Regardez dans les détails (breakdown) de votre publicité qui, dans votre audience, achète vraiment est vous apporte un retour sur investissement.

Serait-il intéressant de supprimer les hommes?

Serait-il intéressant de supprimer les femmes de plus de 54 ans?

Voila pour aujourd’hui, je viens justement de bosser sur la boutique d’un ami, et après des modifications uniquement sur les trois premiers points, il est repassé au dessus des 1%

Pour info, une bonne boutique avec un bon produit et une bonne pub orientée vers une bonne audience tourne entre 4 et 8% de purchased.

— Vous voulez voir plus de statistiques importantes ? —

J’ai filmé sur mon écran les résultats de ma quatrième boutique et je partage tout ça avec vous dans cette vidéo Youtube :
http://bit.ly/2mQkzTh

À votre succès !

Cédric
Créateur de la Méthode QUICKSTART pour Shopify

Trouver un produit rentable (serez-vous « une boutique de plus », ou celle qui fera la différence?)

Trouver un produit rentable prend du temps.

Trouver un produit rentable sans méthode, juste au feeling prend ENCORE PLUS de temps.

Je suis dans l’import depuis beaucoup d’années maintenant.

Mais jamais je ne me suis considéré assez expérimenté pour traiter la recherche de bons produits simplement sur une intuition.

En réalité, j’ai un plan que j’essaie d’appliquer, ou plutôt une checklist avec un certain nombre de critères.

Et plus un produit répond clairement à ces critères, plus son potentiel de vente est élevé.

Aujourd’hui, je partage avec vous 3 critères vitaux pour dire si un produit a des chances de marcher ou pas du tout :

– Vous devez trouver des concurrents directs

> Je sais, idéalement, on aimerait être les seuls au monde à vendre un produit.

Mais non seulement c’est très rarement le cas, mais en plus je vous le déconseille.

Tout simplement parce que si le produit choisi est déjà en vente ailleurs, ça veut tout simplement dire qu’il se vend !

Autrement dit, vos concurrents ont testé un gigantesque nombre de de produits à votre place et ils vous font déjà gagner un temps précieux.

– Le produit choisi doit appartenir à une niche spécifique (et si possible peu commune)

> Vous avez choisi une niche comme les chiens, le fitness ou les enfants ?

Pas simple n’est-ce pas ?

Le problème avec une niche trop large est que soit vous êtes un très gros, avec des milliers de références (toutes testées) ou soit vous êtes condamné à être une « boutique de plus » peu connue sur une thématique trop générale pour être remarqué.

Et dans le second cas, vous devrez redoubler d’efforts, de créativité et très sûrement de budget pour sortir du lot.

– Vous devez visualiser votre client idéal

> Ce critère reste le plus négligé dans le e-commerce :

Vous vendez des coques de iPhone ?

Cool, mais à quoi ressemble votre client idéal ?

Pas facile de se le représenter, n’est-ce pas ?

À l’inverse vous vendez des verres à Whisky ?

Cool (bien plus cool !), d’autant plus qu’on s’attend à avoir des hommes mûrs (quarantaine), issus de catégories socio-professionnelles plutôt étiquetées « élite », souvent attachés à 1 marque précise…

Dans l’exemple du Whisky, l’analyse montrera par exemple que d’autres segments peuvent être visés (le nombre de jeunes adultes est croissant…)

Dans tous les cas, imaginez à quoi ressemble un client idéal peut être évident (puis rapidement confirmer ou infirmer par l’analyse) OU être un travail pénible et sans fin…

VOUS AVEZ UN PRODUIT RÉPONDANT À CES 3 CRITÈRES ?

Il est donc temps de passer à la promotion.

Et pour aller plus loin, voici ma stratégie publicitaire facebook en 5 étapes pour vendre un produit rentable (en vidéo sur Youtube) :

https://youtu.be/1GZxlDV69K8

Faire de la publicité facebook sur Shopify, ma stratégie

Parce si on ne définit pas une stratégie, on ne pourra pas l’améliorer.

Pas de blabla, rentrons directement dans le :

Ma stratégie est la suivante :

  • Avoir une bonne promo sur un produit spécifique (au moins les trois éléments que toute promo doit avoir), et faire une publication facebook au sujet de celle-ci. Cela veut donc bien dire qu’on fait de la pub pour un seul produit, je l’appelle le « produit d’appel »…
     
  • Créer cette promo dans le Power Editor de facebook. Ainsi il m’est facile de les retrouver, des les éditer, de retrouver l’ID de la pub (ça sera bien pratique pour la suite)…
     
  • Je crée une première publicité facebook pour booster l’engagement, en utilisant un ciblage précis de personne qui intéragissent avec la publication. Likes et commentaires surtout, partages dans une moindre mesure. Le but de cette publicité n’est pas d’avoir des ventes, ni même des visiteurs sur le site. Le but est d’avoir des likes et des commentaires qui serviront de « preuve sociale ».
     
    Cette première publicité est très subtile, il faut travailler le ciblage pour avoir de bonnes réactions (pas de smileys en colère ce genre de choses), en nombre (au moins 500 en 48h) et pour pas cher (entre 5 et 20 euros).
     
  • La seconde publicité portera sur le trafic ciblé, elle visera vos clients types. Elle mérite du coup beaucoup de réflexion elle aussi, mais vous verrez avec la pratique qu’après une ou deux publicités, vous comprendrez très vite la logique de ciblage (et des tests associés)
     
  • La troisième publicité portera sur les conversions. L’idée est simple : le prospect connaît votre site, il connaît vos produits et a été intéressés par eux. Maintenant, il est temps qu’il choisisse d’acheter. Cette publicité portera alors sur tout le trafic amené par la publicité numéro 2, en tenant d’optimiser les conversions sur les 7 jours suivant la visite initiale du site (pour avoir un meilleur roulement et ne pas devoir investir dans la publicité facebook sans avoir de retour rapide de cash. histoire de ne pas plomber la trésorerie)

Et c’est tout pour la pub facebook.

Par contre ce n’est pas tout pour le marketing, à cela il faudra ajouter les emails (newsletter + follow-ups), la gestion des paniers abandonnés, et bien d’autres choses encore.

J’explique tout ici, pub facebook et tout le reste, avec les étapes précises à suivre et des exemples concrets :

https://goo.gl/BEywAw

P.S. : vif du sujet.