Je vous souhaiterais presque cette galère :

Voulez-vous lire à quoi ressemble les problèmes d’un entrepreneur indépendant ?

Ah oui! Parce que vous pensiez que la vie d’un entrepreneur, qui a voyagé dans une petite dizaine de pays sur ces deux dernières années, c’est cool?

Bon, oui, c’est plutôt cool.

Mais détrompez-vous un peu quand même. La vie d’un entrepreneur, c’est pas tous les jours facile.

Parce que comme le dirait Anne Onyme :

« Avec beaucoup de liberté, viennent souvent beaucoup de problèmes ».

Je ne vous parle pas de problèmes comme « olala tu sais pas ce que c’est que de vivre dans une villa, l’eau de ma piscine a tourné au vert on a mis une semaine à la récupérer »…

Non, je vous parle de problématiques comme l’aventure qui m’est arrivée dernièrement :

Pour pouvoir vivre avec mon épouse (qui est chinoise) en Thailande (vous me suivez?), il me fallait la greffer sur mon visa business 1 an.

Mais pour pouvoir avoir mon visa business 1 an, il me fallait un permis de travail.

Et pour avoir ce permis de travail, il me fallait un visa de business 90 jours.

Et pour avoir ce visa business de 90 jours, j’ai du notamment préparer 42 papiers, 312 photocopies et un ou deux milliers de coups de tampons.

Fort de mon dossier en carton, j’ai du faire deux allers-retours en minibus jusque Vientiane (au Laos). Tout ça pour… rien :

Parce que malheureusement, je vous le donne en bile, tout ne s’est pas passé comme prévu…

Nous avons été trop juste au niveau du temps…

Et ma femme s’est donc retrouvée forcée à quitter la Thailande vendredi dernier pour faire un autre visa (un Non Immigrant O simple entrée de 90 jours, puisque vous me posez la question)…

Etant chinoise (je l’ai déjà dit plus haut), elle est forcée de le faire en Chine.

Avec moi de rester avec les enfants, bloqués en Thailande.

Alors bien sûr, ça reste cool parce que je suis plutôt libre et que je peux moi-même organiser mon temps pour garder les gamins.

D’ailleurs je profite de l’occasion pour les pourrir-gâter.

Et ma femme en profite pour faire du shopping, elle voyage un peu (elle a fait Nanning, Guiyang, Kunming et fera peut être un saut à Shanghai)…

Mais…

Mais c’est pas le genre de problématiques qu’un salarié qui bosse dans son pays natal rencontrerait.

C’est quand même dur.

C’est quand même fatiguant.

Surtout pour les enfants, ainsi séparés de leur mère pour une dizaine de jours.

Voila pour les nouvelles.

Tout ça pour dire que si vous n’êtes pas prêts à avoir ce genre de problèmes, l’entreprenariat n’est probablement pas fait pour vous.

Et que vous feriez probablement mieux de fermer cet email.

Par contre, si les soucis ne vous font pas peur et que vous êtes prêts à souffrir (un peu) pour avoir une vie (très) cool, je vous invite à visionner cette vidéo que j’avais faite il y a peu :

> http://www.crampe-productions.com/y/pdvaecdri-356990001234

P.S. : surveillez bien votre boite mail, je vous réserve une petite surprise pour demain

P.P.S. : bon, je dois l’avouer, la piscine qui devient vert c’était quand même pas pratique. Mais y’a pire.

P.P.P.S. : planning du pourri-gâtage pour le week-end : demain Karting. Dimanche on ira voir la compétition internationale de Jet-Ski, et si on a du temps on ira se poser tranquillement sur la plage un peu au Sud de Pattaya, pour regarder le coucher de soleil.

>